[Matos] bilan de l’année 2016

C’est le début l’année, le moment de préparer sa wishlist de matériel pour les projets à venir et donc de faire le point sur ce qu’on a déjà. Je passe en revue le matériel que j’ai acheté au cours des deux dernières années.

Pas convaincue par les feutres Chameleon, trop compliqués à utiliser pour moi. Et puis le fait d’attendre pour avoir la bonne nuance, c’est pas fait pour moi. Du coup, je louche fortement sur les Spectrum Noir, beaucoup moins chers que les copics et qui sont rechargeables. Jusqu’à présent, ils n’existaient pas en pointe pinceau, mais une nouvelle série est en train de sortir. Ils sont blanc, mais s’appellent toujours Spectrum Noir lol. Ils restent beaucoup moins chers que les Copics. J’aimerais bien une série de feutre à alcool parce que ça permet de colorer le papier blanc et donc d’avoir les petites découpes dans la teinte qu’on veut sans avoir besoin d’un énorme stock de papiers différents. C’est pratique aussi pour avoir des nuances de couleurs pour les visages.

Chameleon pens primary tones

 

Pour les feutres à encre aquarellable, j’adore mes feutres pinceaux de Zig Clean Color (Kuretake). La pointe est un véritable pinceau en poil synthétique très solide qui permet de faire des traits très fins ou de larges aplats. Ils ont l’air de durer longtemps et ne sèchent pas même quand on ne s’en sert pas beaucoup. Dès que je peux, je m’achète la gamme complète des 80.

 

J’aime aussi beaucoup les Derwent Inktense Pencil, crayons aquarellables aux couleurs très vives. Ils sont faciles à utiliser même par quelqu’un d’aussi peu expérimenté et doué que moi. Comme les Zig, dès que je peux je m’achète une gamme plus étendue.

 

Pour les embellissements, j’ai eu un coup de cœur pour les Nuvo Chrystal Drop de la marque Tonic Studio qui permettent de faire des pastilles émaillées (enamel dot en anglais). J’ai fait un article ici.

J’ai découvert aussi avec plaisir les encres Dye Izink de Aladine. Ce sont des encres comparables à la Distress de Ranger (qui est une encre de très bonne qualité) au rapport qualité prix imbattable. Les encreurs sont plus larges qu’un mini encreur classique et on  les trouve à moins de 3 €. Il faut guetter les promos dans les boutiques de scrap, et ça devient vraiment intéressant. Il y a 20 couleurs très vives.

Côté machine, je suis passée du côté non électronique du Scrap. J’ai acquis 3 machines. J’ai commencé par le format riquiqui avec la décoratrice de Toga. J’en suis très contente mais c’est un peu compliqué pour l’embossage. Comme je suis très curieuse, j’ai acheté la Prizm de Spellbinders (grâce à Caroline de la Fabrik à Scrap). Elle est un peu plus chère mais le tapis pour embosser fonctionne très bien. Je trouve que ces petites machines peu onéreuses sont un très bon complément aux ploteurs de découpe électroniques. Car elle permettent de découper impeccablement des choses fines et petites. Et puis, j’en avais envie depuis très longtemps, j’ai fini par acheter une grande machine. Je suis très contente de la Platinum de Spellbinder, modèle équivalent à la Big Shot Plus. J’ai plein de dies fins de différentes marques et ça passe impec. Même constat avec les Bigz de Sizzix (matrice de découpe dans des cartouches). J’ai tourné des vidéos pour montrer l’utilisation mais, je n’ai toujours pas eu le temps de les monter pour les publier..

Parmi les outils biens pratiques, il y a la Crop a Dile Big Bite. C’est une énorme pince munie d’un levier qui permet de percer des trous, y compris à une grande distance des bords. Je m’en sers plus en dehors du scrap, c’est super pratique pour percer un petit paquet de feuilles en même temps. Pour la reliure, c’est extra. Je pense qu’à terme j’investirais aussi dans le petit modèle.

J’ai testé des tas d’adhésifs, principalement en liquide. Mes favoris sont les colles Multi (verte) de Tombow et  2 way Glue de Zig pour les colles qui peuvent être permanentes ou temporaires. J’utilise beaucoup la Multi pour les montages 3D, les collages sur les cartes etc. Mais attention, il faut en mettre très peu. Avec la Zig, j’ai le modèle large pour ré-encoller la feuille de transport de la Cameo. En colle uniquement permanente, j’utilise la tacky Glue de Aleene’s qui a un très bon rapport qualité/prix et la tacky glue de Sctoch (3M) plus chère et plus difficile à trouver. Un constat très positif que j’ai fait avec toutes ces colles, c’est qu’elles se conservent très bien. Je ne m’en sers pas tous les jours, j’ai des flacons qui ont deux ans et le produit fonctionne toujours. En plus, pour tous ces produits, une petite quantité suffit à obtenir un collage très solide, donc même le produit le plus onéreux à l’achat ne revient pas si cher en définitive. J’ai testé aussi la colle blanche (vinylique) traditionnelle. Je finirai mes stocks mais je n’en rachèterais pas. L’adhérence est très bonne, mais en général ces colles sont trop « humides » et font gondoler le papier.

 

 

Pour les adhésifs en ruban, j’ai le dévidoir rose de Tombow, qui est très bien mais difficile à trouver en France. J’ai testé aussi ceux de la marque Scrapbook Adhesives et c’est très bien aussi. La gamme est étoffée, on a le choix avec beaucoup de produits. Je n’ai pas encore testé les gros dévidoirs et je ne suis pas sure de le faire, justement à cause de la taille. Par contre, cela s’use très vite, mais c’est très pratique quand on est pressé et moins salissant que la colle liquide.

En ruban, il y a aussi les adhésifs double face. Sur les conseils d’Ecline, j’ai investi dans la marque Scor Pal et je ne le regrette pas. L’adhérence est très bonne, c’est très facile à utiliser car cela se déchire à la main comme le washi tape. En revanche, je ne suis pas convaincue par celui que j’ai acheté dans la marque Lily pot’ colle. Côté adhérence, c’est aussi bien, mais le rouleau « pègue », ensuite, il est plus difficile à déchirer à la main et très souvent l’adhésif se colle à mes doigts quand je le déchire. Donc, pas convaincue, mais c’est peut-être moi qui l’utilise mal.

 

Je vais arrêter là mon roman. Le scrap est un vrai gouffre financier, c’est sans doute le loisir créatif le plus onéreux que j’ai pratiqué. En plus, comme j’adore tester de nouveaux trucs, je dépense beaucoup et au final, je suis frustrée car je n’ai pas le temps de réaliser grand chose. Je commence quand même à devenir plus raisonnable et surtout, je commence à comprendre  qu’il faut pouvoir tester avant d’acheter. Si vous avez l’occasion d’aller en boutique, de faire des ateliers, n’hésitez pas. Dans les loisirs créatifs qui touchent au papier, il y a énormément de matériel qui sort tous les mois. Quand on cherche quelque chose de précis, dans les tampons ou les matrices de découpes par exemple, il vaut mieux attendre un peu plutôt que d’acheter quelque chose d’approchant qui ne vous conviendra pas. Pour ce qui est du gros matériel, celui qui coûtent  cher, là aussi, il ne faut pas se précipiter. Sur les blogs et You tube, il y a beaucoup de revues de produits, certes, c’est majoritairement en anglais, mais les images permettent de comprendre beaucoup de choses. Je commence aussi à comprendre que les images fixes ou la vidéo biaisent le résultat. Par exemple, dans une vidéo, il est difficile de voir une matière brillante, de même certains défaut passent complètement inaperçus.

 

 

Laisser un commentaire