Bonne année 2018 : j’ai gagné !!!

La boutique la Fabrik à Scrap a organisé un concours de cartes de bonne année sur le site de la Fabrik à Scrap, auquel j’ai réussi à participer à l’heure . Les règles étaient simples et donnaient beaucoup de liberté. Cela m’a conduit à deux séries de cartes. Les deux sont sur la même base avec le nombre 2018  en grand découpé à la Cameo. Un modèle est une shaker card l’autre est une carte plate. Je ne sais pas pourquoi je suis partie sur le combo de couleurs noir / blanc / écru / or, je crois que c’est l’image choisie par la fabrik sur leur blog qui m’a influencée. En tout cas, ça m’a bien aidé.  Pour la shaker card, j’ai fait un loooong tuto assorti d’un vidéo que vous pouvez retrouver dans un précédent article.

Pour le choix de la police de caractères du nombre 2018, cela a été facile à déterminer. J’ai eu plus de mal avec la police bonne année. Je voulais une écriture cursive pour contraster et j’en avais deux qui me plaisaient particulièrement. Elles proviennent toutes les deux de la boutique en ligne de Silhouette (en général, j’achète les polices quand les promos sont à 50%). Pour celle en forme de flèche je voulais la découper dans du vinyle (papier autocollant). Le seul que j’ai dans mon stock est très fin mais le texte que j’ai choisi est très fin aussi, en plus je n’ai pas de papier autocollant spécial transfert (encore un truc à acheter pfff) bref, cela n’a pas été facile à poser. J’ai aussi utilisé les feuilles métallisées qui s’appliquent avec la MINC (plastifieuse). J’adore l’effet de cette technique de dorure sur du papier calque, mais là, le texte étant vraiment très fin ça ressortait moyennement, donc j’ai appliqué par dessus des morceaux découpés précédemment dans le vinyle.

Le plus difficile a été le choix des embellissements. Pour la carte du concours, j’ai fait des projections de gouttes d’eau que j’ai saupoudrées de poudre à embosser avant de la faire fondre avec un pistolet à chaleur. Et oui, j’ai bien utilisé de l’eau et pas un tampon et de l’encre Versamark. On peut embosser avec de l’eau, et même avec tout medium qui permet de faire adhérer la poudre et ne craignant pas la chaleur. L’eau séchant vite, contrairement à la Versmark, il faut agir sur la poudre rapidement. J’ai découvert cette technique grâce à un cours de OCC, j’en parle dans un article précédent où j’ai fait un test avec de l’aquarelle.

Et voici la carte que j’ai envoyée à Soraya Maes qui nous avais trop gâté avec son grigri qu’elle a envoyé aux élèves de son atelier en ligne Happy december (voir article sur le blog ici). J’ai fait une capture d’écran à partir de sa story sur Instagram.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.