Tuto pas à pas : Shaker card

Heuuu, c’est quoi un shaker machin ?! C’est une carte qui imite les boules à neige qu’on secoue.

Le principe consiste à donner de l’épaisseur à la carte afin de créer un renfoncement ou une poche qu’on recouvre de plastique transparent ou de papier calque. À l’intérieur on y met des éléments scintillants : sequins, paillettes, confettis, perles etc. Quand on secoue la carte, les éléments gigotent. Pour faire de l’épaisseur on utilise de la mousse adhésive, généralement sous forme de ruban adhésif double face. Il a été plus facile pour moi de me procurer de la mousse adhésive en feuille avec un côté adhésif, c’est ce que j’utilise dans ce tuto. Cela présente un avantage, la carte étant doublée par la mousse adhésive sur une grande surface, elle risque moins de se tordre lors du transport par la poste. Pour que la poche ait suffisamment de profondeur pour que les éléments bougent, j’utilise deux couches de mousse, opération qui est facilité lorsqu’un côté est déjà adhésif.

À chaque fois que je fais une shaker card, je me mélange les pinceaux dans les étapes. Pour remettre les idées à l’endroit, voici un pas à pas, très long, je vous prie de m’en excuser. Le matériel est listé à la fin de l’article après la vidéo.

   
Préparation du dessus de carte

Il faut commencer par faire un ouverture dans le dessus de carte. Elle ne doit pas être trop près du bord, sinon, il n’y aura pas assez de place pour la fermer hermétiquement.
Il faut appliquer tous les éléments plats qui ne pourront plus être posés une fois que la mousse est en place.
Ici, j’ai préparé le dessus de carte avec ma Silhouette Cameo. Le texte Bonne année a été imprimé avec un imprimante laser à partir d’une police achetée sur la boutique en ligne de Silhouette.  La découpe du nombre a été faite à partir de la police Impact légèrement déformée (étirée en hauteur). Pour que tout soit centré correctement, je suis passée par un Print & Cut. Enfin, le texte à été doré avec un feuille métallisée fixée avec la Minc (on peut aussi le faire avec une plastifieuse).

  
Préparation de la feuille de mousse

Pour ma part, j’achète la mousse adhésive en taille A5 dans un magasin discount de matériel de beaux-arts. Je la coupe en deux, j’enlève le papier de protection sur un côté, je les colle une sur l’autre. J’obtiens une plaque de mousse assez épaisse.

Ensuite je retaille ma plaque de façon qu’elle soit un peut plus petite que le dessus de carte. Le but étant de recouvrir un maximum de surface sans que la mousse ne soit trop visible de dessus.
Je place le dessus de carte sur la plaque de mousse côté papier de protection. J’essaie que le tout soit bien centré. Avec un crayon gris je trace l’intérieur de l’ouverture pratiquée dans le dessus de carte. Cela n’a pas besoin d’être précis.

  
Découpe de l’ouverture dans la mousse adhésive

L’ouverture doit être un peu plus grande que celle du dessus de carte afin que l’épaisseur de mousse ne soit pas visible. On découpe à l’extérieur de la ligne qu’on a tracée à l’étape précédente en restant à 2 – 3 mm de distance.


Il faut découper proprement, l’idéal est de pouvoir utiliser une règle. Le scalpel est un bon outil. Pour avoir une découpe propre il ne faut  pas avancer par à coup donc éviter les mouvements de scie.

  
Découpe de la feuille plastique

On coupe une forme simple dans le plastique de façon ce que les bords ne soient jamais à moins de 1 cm de distance de l’ouverture dans le dessus de carte.
Si besoin, on peut retailler la forme de la feuille plastique mais on n’a besoin qu’elle suive l’ouverture du dessus carte avec précision.

  
Assemblage

Collage du dessus de carte sur le plastique découpé. On peut utiliser du ruban double face, mais je préfère utiliser de la colle liquide et plus particulièrement de la Tombow verte. Si l’ouverture du dessus de carte n’a pas une forme géométrique simple, il faut penser à encoller les parties qui sont susceptibles de se soulever sur le dessus de carte.


Collage du cadre du dessus de carte sur l’envers (facultatif). On aurait pu coller le cadre au départ, mais comme ça, le morceau de plastique se retrouve pris en sandwich entre le dessus de carte et le cadre.


Collage de la plaque de mousse sur l’envers du dessus de carte. On enlève la protection sur la mousse, et on colle la plaque de mousse sur l’envers en faisant attention que les deux ouvertures soient centrées.

  
Pose de l’adhésif sur la mousse et consolidation de l’ouverture

Pour cette opération, je trouve plus pratique d’utiliser du ruban adhésif double face. Il est important de suivre le contour de la forme sans dépasser sinon cela va se voir et les éléments vont rester collés au lieu d’être mobiles. L’adhésif doit suivre une ligne fermée qui suit le contour de l’ouverture sans interruption. C’est le principe d’un joint. S’il y a une interruption, les éléments de la shaker card risquent de sortir.


Si la poche est très grande, elle risque de s’affaisser, comme dans le bâtiment, il faut ajouter des piliers qu’on va placer sous les parties invisibles. On construit les piliers dans les chutes qui restent du découpage de l’étape 2. On ajoute de l’adhésif double-face sur le côté qui en est dépourvu. On découpe des petits carrés ou des triangles quand c’est trop petit. Attention de ne pas en faire trop, il faut que les éléments qu’on va mettre dans l’ouverture puissent bouger. On s’assure que l’adhésif adhère bien à la mousse en passant un plioir ou le bord d’une règle.

  
Application de la poudre antistatique

Pour éviter que les sequins, paillettes et autres particules scintillantes adhèrent à la feuille plastique qui recouvre la pochette, on peut appliquer sur l’envers de la poudre antistatique, la même que celle qu’on utilise pour l’embossage à chaud.

 

  
Ajout des éléments scintillants

C’est le moment d’ajouter ce qui va gigoter dans la shaker card : sequins, paillettes perles etc.


Plus c’est coloré et scintillant et plus c’est joli. La difficulté c’est de doser la bonne quantité. Petit conseil, je trouve que c’est plus réussi si le fond est dans un papier monochrome ou légèrement dégradé.

  
Fermeture de la poche

On va enlever le papier de protection sur tous les adhésifs. Soit on peut poser directement le fond de carte sur la mousse. Soit on peut fermer la pochette avec une chute de papier, c’est ce que j’ai fait ici.  J’ai utilisé le morceau découpé dans le papier noir qui a servi de cadre. On peut s’en passer, mais je trouve qu’il est plus facile de centrer le dessus de carte sur le fond, que le contraire.

 

  
Finitions

C’est le moment de sortir les embellissements pour enjoliver notre carte. C’est aussi un des moments les plus difficiles pour moi, trouver quels embellissements, quelle quantité, à quel endroit les placer… Même si là j’ai bien été aidé par les bêtises que j’ai faites (vous comprendrez en regardant la vidéo).
Trouver une jolie enveloppe et écrire correctement l’adresse sans erreur dans le code postal… heureusement la lettre est arrivée quand même.

Vous trouvez que mon pas à pas n’est pas assez détaillé ? pas de problème, j’ai tout filmé en vidéo :

Cet article peut contenir des liens vers des programmes d’affiliation. Ceci permet au site de recevoir une petite rémunération sans frais pour le lecteur. Les produits utilisés dans cet article ont été achetés par mes soins avec mon propre argent.

MATÉRIEL :
–  feuille de mousse adhésive : je me la procure dans un magasin qui ne fait pas de vente par correspondance. On la trouve sous le nom de mousse créative ou mousse EVA, voici une référence de qui lui ressemble 
–  ruban adhésif double face Scor Pal. C’est pratique d’en avoir de plusieurs tailles 1/8 inch  –  1/4 inch  – 1/2 inch 
– plioir téflon 
– papier blanc bristol Clairefontaine 
– sequins : ceux que j’ai utilisés sont rayés et on été acheté en solde.
– papier noir : provient d’un vieux stock, sans doute du 160g
– colle tombow verte, en vrai elle s’appelle Multi Mono Liquid Glue 
– poudre antistatique Ek Success 
– Feuille plastique transparente : un peu épaisse provenant d’un vieux stock (type reliure)

Laisser un commentaire